Skip to content

Mois : mai 2017

Goytisolo, Adonis, Reverdy…

Como dijo el verdugo ante la pira,
tan sólo alumbra aquel que arde

Juan GOYTISOLO (1931-2017)

Comme disait le bourreau face au bûcher,
seul nous éclaire celui qui brûle

 

Ta jeunesse est passée telle un météore…
Et ton esprit est déjà plus beau que ton corps.

                                            Как быстро юность пролетела!
                                            И дух уже сильнее тела.

                          Valentin Bérestov, poète russe (1928-1998)

 

J’ai décidé de changer mon quotidien
d’acquérir le savoir sur le nombril du monde

                                          Adonis (1930), poète syrien

       

         De poetica poetarum

Aucun lien poétique entre moi et le réel présent. La poésie c’est le lien entre moi et le réel absent. C’est cette absence qui fait naître tous les poèmes.

Pierre REVERDY (1889-1960)

 

 

Toi seule, statue à la bouche scellée
Toi seule gardes l’horrible secret.

      André de Richaud (1907-1968)

 

 

Se cargan amarguras. Se descargan luceros.
La noche, enloquecida, desborda sus fronteras.

Charges d’amertumes. Décharges d’étoiles.
La nuit en folie déborde ses frontières.

            José HIERRO, poète espagnol (1922-2002)

Lorsque je leur ai demandé de définir mon présent,

ils l’ont martyrisé, déchiqueté.

 René CREVEL (1900-1935)

 

Tout ce qui n’a jamais été,
impossible de l’oublier.

     Alexandre Velitchanski                       
poète russe (1940-1990)

 

 

 


Une sœur de cendre en quittant nos terres

Rend leur corps lunaire aux morts que je suis

                                                              Joë BOUSQUET  (1897-1950)

1 commentaire
Poetopolis © 2017 Tous droits réservés