Skip to content

Mois : décembre 2017

Elytis, Belamri, Kafka

 

  Quelque part, semble-t-il, on fait la fête,

  bien qu’il n’y ait ni maisons ni humains

         

                                         Odysseus ELYTIS
                               poète grec (1911-1996)

 

 


Entre ton nom et le mien,
une lèvre qui ne sait plus nommer

Roberto JUARROZ,  poète argentin (1925-1995)

Entre tu nombre y el mío
hay un labio que ha dejado la costumbre de nombrar


                                                                                 

 Chaque fois que tu me traverses
 tu abandonnes sur les os une fleur sèche


Rabah BELAMRI (1946-1995)
poète algérien


DE POETICA POETARUM

Le lieu se porte à ta rencontre, le lieu où mûrir l’hymne,
la strophe, le nom, où jouir enfin de ce qui s’est
jusque-là dérobé.

                                                                          Charles Juliet (1934)


Le corps, hélas, ils le portaient, larves d’enfer,

Grimaces voilées, étroitement serré contre eux.

 

Ach, sie trugen, Larven der Hölle,
verhüllte Grimassen, eng an sich gedrückt den Leib.

        Franz Kafka (1883-1924)
Trad. Marthe Robert

Moi qui n’ai pas trop de silence
Pour ne ressembler qu’à moi-même.

                   Marcel Béalu (1908-1993)

 

Μες στ’ ολικό ποσό
δεν αριθμήθηκα. Κι αυτή η χαρά μ’ αρκεί.

 

 

Constantin CAVAFIS (1863-1933)
Trad. Socrate Zervos

 

 

 

 

Dans la somme totale
Je ne suis pas entré. Cette joie me suffit. 

Laisser un commentaire
Poetopolis © 2017 Tous droits réservés