Skip to content

Catégorie : Uncategorized

NOTRE-DAME / Ossip Mandelstam

NOTRE-DAME

                poème d’Ossip Mandelstam (1912)

 

Où le Romain jugeait tout un peuple étranger,
Se tient la basilique – et joyeuse, première
Comme Adam, l’impondérable voûte croisée
Vient jouer de ses muscles et tendre ses nerfs.

Mais pourtant l’extérieur trahit son plan secret :
Les arcs-boutants puissants ont voulu être sûrs
Que le bélier de la voûte soit sans effet
Et la lourde masse n’écrase pas les murs.

Spontané labyrinthe, impensable forêt,
Abîme rationnel de l’âme si gothique,
Force de l’Égypte et chrétienne humilité,
Près du roseau le chêne, et l’aplomb – roi unique.

Mais plus j’examinais ton bastion, Notre-Dame,
Tes côtes monstrueuses et jamais domptées,
Plus je pensais : dans  la pesanteur qui nous damne
Je saurai à mon tour créer de la beauté !

                  Traduit par Henri Abril  (La Pierre, Circé 2003)

Chagall

Где римский судия судил чужой народ,
Стоит базилика,- и, радостный и первый,
Как некогда Адам, распластывая нервы,
Играет мышцами крестовый легкий свод.

Но выдает себя снаружи тайный план:
Здесь позаботилась подпружных арок сила,
Чтоб масса грузная стены не сокрушила,
И свода дерзкого бездействует таран.

Стихийный лабиринт, непостижимый лес,
Души готической рассудочная пропасть,
Египетская мощь и христианства робость,
С тростинкой рядом – дуб, и всюду царь – отвес.

Но чем внимательней, твердыня Notre Dame,
Я изучал твои чудовищные ребра,
Тем чаще думал я: из тяжести недоброй
И я когда-нибудь прекрасное создам.

 

Laisser un commentaire

Bousquet, Poplavski, Vallejo…

Il bouge un miroir où s’ouvrent des paupières

c’est l’absence sur l’eau de ton visage

          

 

Joë Bousquet (1897-1950) 

 

 

 

Enfance qui fut dans l’espace
Un vol poursuivi jusqu’au soir   

Всё оставлено

Только вдали память говорит с Богом

J’ai tout abandonné
Seule au loin la mémoire parle à Dieu

                   Boris POPLAVSKI (1903-1935), poète russe

 

                      De poetica poetarum

                             Le cerveau des poètes est un fond de mer

                                      où bien des coques reposent.

                                                                         Paul Valéry (1871-1945)

 

Otro busca en el fango huesos, cáscaras.

¿Cómo escribir, después, del infinito?

 

 

 


Un homme cherche dans la boue des os, des coquilles.

Comment parler ensuite de l’infini ?

             César VALLEJO (1892-1938), poète péruvien

 

 

Ecco la fiera con la coda aguzza,
che passa i monti e rompe I muri e l’armi !

Voici venir la bête à la queue tranchante,

qui franchit les monts et brise murs et armures !

 

La vie continuera douteusement

ô bruit sourd et futile du croquet chez les Tolstoï

                                                                      Jude Stefan (1930)

 

 

Laisser un commentaire

Elytis, Belamri, Kafka…

 

  Quelque part, semble-t-il, on fait la fête,

  bien qu’il n’y ait ni maisons ni humains

         

                                         Odysseus ELYTIS
                               poète grec (1911-1996)

 

 


Entre ton nom et le mien,
une lèvre qui ne sait plus nommer

Roberto JUARROZ,  poète argentin (1925-1995)

Entre tu nombre y el mío
hay un labio que ha dejado la costumbre de nombrar


                                                                                 

 Chaque fois que tu me traverses
 tu abandonnes sur les os une fleur sèche


Rabah BELAMRI (1946-1995)
poète algérien


DE POETICA POETARUM

Le lieu se porte à ta rencontre, le lieu où mûrir l’hymne,
la strophe, le nom, où jouir enfin de ce qui s’est
jusque-là dérobé.

                                                                          Charles Juliet (1934)


Le corps, hélas, ils le portaient, larves d’enfer,

Grimaces voilées, étroitement serré contre eux.

 

Ach, sie trugen, Larven der Hölle,
verhüllte Grimassen, eng an sich gedrückt den Leib.

        Franz Kafka (1883-1924)
Trad. Marthe Robert

Moi qui n’ai pas trop de silence
Pour ne ressembler qu’à moi-même.

                   Marcel Béalu (1908-1993)

 

Μες στ’ ολικό ποσό
δεν αριθμήθηκα. Κι αυτή η χαρά μ’ αρκεί.

 

 

Constantin CAVAFIS (1863-1933)
Trad. Socrate Zervos

 

 

 

 

Dans la somme totale
Je ne suis pas entré. Cette joie me suffit. 

Laisser un commentaire

Lossev, Celan, Gelman….

 

Вороватый шелест пульса.
Красный свет под синью век.

 

Rumeur insidieuse du pouls.
Lueur rouge sous le bleu des paupières.

Lev Lossev, poète russe (1937-2009)
                  / Trad. H. A.

 

De poetica poetarum

Assez de mots, assez de phrases ! ô vie réelle,

Sans art sans métaphores, sois à moi.

Valery Larbaud (1881-1957)

 

STEHEN, im Schatten
des Wundenmals in der Luft.

Paul Celan (1920-1970), poète allemand

Rester debout, dans l’ombre
des blessures douloureuses de l’air

 

Sur un air de balançoire…

       Aimes-tu l’homme, toi ma sœur ?

         Moi, je lui trouve un goût bizarre.

                                                                Norge (1898-1990)

C’est cela, la nuit. Un homme s’y épanche
à défaut du corps de la bien-aimée.

                                                       Guillevic (1907-1997)

J’ai gardé ton rêve brûlé dans la sueur
de nos mains jointes

Gérald Neveu (1921-1960)

 

saline lorsque j’embrasse la mer
apaisée sous ta peau / carillon d’horloges /

 

 

 

salina estas cuando beso tu mar quieto en la piel / oigo relojes /

                                                                                                        Juan Gelman (1930-2014)
                                                                                                                   poète argentin

 

Laisser un commentaire

Maïakovski, Nelly Sachs, Neruda…

                100e anniversaire de la révolution d’Octobre

Bouffe tes ananas et tes anchois,

Ton dernier jour est arrivé, bourgeois !

 Vladimir Maïakovski (1893-1930) / Trad. H. Abril

Me desperté con un pedazo de sueño entre las manos
y no supe qué hacer con él.

                                  Roberto Juarroz (1925-1995), poète argentin

Je me suis réveillé, un morceau de rêve entre les mains,
et n’ai su que faire de lui.

                          (Trad. Roger Munier)

    De poetica poetarum

Bêtise et poésie. Il y a des relations subtiles entre ces deux ordres.
L’ordre de la bêtise et celui de la poésie.

Paul Valéry (1871-1945)

Poetry must resist the intelligence almost successfully.

Wallace Stevens (1879-1955)

 

Et qu’on mette à mes débuts dans l’éternité,

L’ornement simple, à la Toussaint, d’un peu de mousse.

                                                                                                          Valery Larbaud (1881-1957)

Quel bel au-delà
est peint dans ta poussière.

Welch schönes Jenseits
ist in deinen Staub gemalt.

          Nelly Sachs (1891-1970)
poétesse de langue allemande


une parole un aveu un silence

l’instant de mon aveuglement

                 Jean-Claude Pirotte (1939-2014), poète belge


Haine de ceux qui n’ont pas aimé notre amour,
qui n’ont aimé aucun amour, infortunés

Odian los que no amaron nuestro amor,
ni ningún otro amor, desventurados

                                                        Pablo Neruda (1900-1973), poète chilien

 

Le soleil n’éclaire plus
Qu’un monument de raisons

                   Francis Ponge (1899-1988)

 

 

2 commentaires
Poetopolis 2019 © Tous droits réservés