Skip to content

Morhange, Iqbâl, Neruda…

Qui nous prendra aux entrailles ?
Les temples sont emplis de paille

Pierre Morhange (1901-1972)

Un liseron du soir grandit sur ton visage

et monte silencieux emporté par l’amour.

                                        Pablo Neruda, poète chilien (1904-1973)

Hay una enredadera vespertina
                                 en tu rostro
que crece silenciosa por el amor llevada

 

En vain la mer fait le voyage
Du fond de l’horizon pour baiser tes pieds sages.

Léon-Paul Fargue (1876-1947)

La vie voudrait goûter les rêves,
tel un enfant derrière les barreaux.                                                   

La vida vol tastar els somnis
com un infant entre reixes.

Pere Quart, poète catalan (1899-1986)

De poetica poetarum

Lorsque les hommes seront d’accord sur le sens de chaque mot, la poésie

n’aura plus sa raison d’être.

                                                                                         Edmond Jabès (1912-1991)

 

Je me suis, moi, égaré par ignorance,
toi, l’œil ouvert, tu es venue et partie.

                           Iqbâl, poète indien de langue persane
(1877-1938)
/ Tr. H. Massé

 

 

 

Как быстро юность пролетела!
И дух уже сильнее тела.

Valentin Bérestov, poète russe (1928-1998)

Ta jeunesse est passée telle un météore…
Et ton esprit est bien plus beau que ton corps.

                                        (Trad. H. Abril)

 

Published inUncategorized

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Poetopolis © 2017 Tous droits réservés