Skip to content

Poetopolis Posts

Pansaers, Dickinson, Quart…

Quelque part en ta garde-robe
moisit le ciel des simples d’esprit.

                                      Clément Pansaers (1885-1922)

La mort, toujours fruit de l’oubli.

De qui l’oubli est-il le fruit ?

                                            Proverbe mordve  (Trad. H. A.)

 

La Création était une brèche béante ―
Pour me rendre visible.

Creation seemed a mighty crack
To make me visible.

                                                   Emily Dickinson (1830-1886)

 

 

Sexe. Ruche au bruit de jetons.
Nid plaintif des guêpes troublées.

             Léon-Paul Fargue (1876-1947)

 

 

 

   Elle est douce la nuit caresse d’une rousse
   le miel des méridiens des pôles sud et nord

                                            Raymond Queneau (1903-1976)

 

Je bâtis des poèmes dont je sais au départ
qu’ils deviendront ruines à la dernière tuile.

Guy Chambelland (1927-1996)


Cet empire, il tient dans mon œil comme dans une cage :

Trois ivrognes, une affiche, des flaques, les nuages.

                      Alexandre Velitchanski
               poète russe (1940-1990) / Trad. H. A.

 

                                De poetica poetarum

Le poète est aussi responsable que tout autre citoyen.

Mais il doit toujours préserver son innocence.

Pere Quart, poète catalan (1899-1986)

 

On marche dans la fêlure intime du monde
Ces soubresauts nés de la douleur primitive

                      Franck Venaille (1936)

Mais sous nos paumes tremblotent encore
novembre miséreux, la grammaire, une flamme


farvaterio dėmė, bet po delnais dar virpa
neturtas, lapkritis, gramatika, liepsna

Tomas Venclova (1937)
poète lituanien / Trad. H. A.

 

 

 

Ils portent leurs frontières dans leur bouche
même si leur histoire danse sur des épines

                                                             Henri Meschonnic ( 1932-2009)

1 Comment

Ungaretti, Juliet, Pavlovic…

Si tu n’es pas présent à l’instant que tu vis
que peut-il te donner?

                    Charles Juliet (1934)

La pensée sombre dans les souvenirs

Et l’ombre seule accompagne mon pas.

Giuseppe Ungaretti (1888-1970) / Tr. Ph. Jacottet


Il est donné à un seul dieu le pouvoir

de démêler ce qui n’est pas encore voulu.

                                Einem Gott nur ist die Macht gegeben,
                                      das noch Ungewollte zu entwirrn.

                                                  Rainer Maria Rilke (1875-1926)
trad. Sibylle Muller


      Je savais que j’étais belle

         car nul ne me regardait.

                       Lydie Dattas (1949)

 

Avec la mort ne vous pressez pas
personne n’est semblable
                                           à personne

 

 

Не журите се са смрћу
нико на никог не личи

Miodrag Pavlović
  (1928-2014), poète serbe

 


Je te parlerai hors du temps j’écarterai la nuit
Je reprendrai les mots absolus

   Jacques Prével (1915-1951)

De poetica poetarum

La juste lecture du poème est lente, laborieuse et par bonheur inefficace puisque toujours partielle et à recommencer.

                                                                  Jean-Pierre Siméon

Si tu cuerpo no te responde
mejor no le sigas preguntando

Si ton corps ne répond pas,
ne le presse pas de questions


                                      David González (1964), poète espagnol

2 Commentaires

Featured Post

                Distiques, disent-ils…

     L’UNESCO ayant déclaré 2017 Année du Distique, j’apporterai mon humble mais sincère contribution en recueillant sur ce blog un ou deux distiques par semaine. Cela me semble être la juste mesure pour ne pas trop ajouter aux milliards de pages, aux myriades de mots qui tissent la Toile dans laquelle nous serons tous un jour ensevelis. Et aussi par hommage à Anton Tchekhov, en cette année du 157anniversaire de sa naissance, qui appelait à la « concision, sœur du talent ».

     Les distiques seront empruntés à des poètes de différentes langues, qu’ils aient été écrits et revendiqués comme tels ou soustraits par moi à un poème, susceptibles ainsi de faire sens et de vivre par eux-mêmes. Tel le Nez de l’assesseur Kovaliovdétaché de celui à qui le Créateur l’avait attribué. Il pourra s’agir aussi bien de distiques réguliers, comptés et rimés, que d’autres relevant du « vers libre » dans son acception la plus large. Avec de temps à autre, en supplément, une brève réflexion d’un poète sur la poésie.

     Puisque nous sommes sur un blog, j’invite d’éventuels passantes et passants à me proposer des distiques, dans les commentaires de ce blog ou par courriel (contact), qu’ils auront cueillis chez des poètes passés, présents ou futurs. Voire même des distiques qu’ils auront sept fois et sept fois fait tourner dans leur tête et sur leur langue avant de les envoyer.

   Bonne Année du Distique !

Poetopolis 2018 © Tous droits réservés