Skip to content

Poetopolis Posts

Morhange, Iqbâl, Neruda…

Qui nous prendra aux entrailles ?
Les temples sont emplis de paille

Pierre Morhange (1901-1972)

Un liseron du soir grandit sur ton visage

et monte silencieux emporté par l’amour.

                                        Pablo Neruda, poète chilien (1904-1973)

Hay una enredadera vespertina
                                 en tu rostro
que crece silenciosa por el amor llevada

 

En vain la mer fait le voyage
Du fond de l’horizon pour baiser tes pieds sages.

Léon-Paul Fargue (1876-1947)

La vie voudrait goûter les rêves,
tel un enfant derrière les barreaux.                                                   

La vida vol tastar els somnis
com un infant entre reixes.

Pere Quart, poète catalan (1899-1986)

De poetica poetarum

Lorsque les hommes seront d’accord sur le sens de chaque mot, la poésie

n’aura plus sa raison d’être.

                                                                                         Edmond Jabès (1912-1991)

 

Je me suis, moi, égaré par ignorance,
toi, l’œil ouvert, tu es venue et partie.

                           Iqbâl, poète indien de langue persane
(1877-1938)
/ Tr. H. Massé

 

 

 

Как быстро юность пролетела!
И дух уже сильнее тела.

Valentin Bérestov, poète russe (1928-1998)

Ta jeunesse est passée telle un météore…
Et ton esprit est bien plus beau que ton corps.

                                        (Trad. H. Abril)

 

Laisser un commentaire

Aïgui, Cummings, Garneau…

à toi la musique pour nul instrument

à toi l’absurde et invisible couleur

                                                                               e.e. cummings (1894-1962),
                                                                                                      poète états-unien                                                     

yours is the music for no instrument
yours the preposterous colour unbeheld

 

 

 

il lui dit : le temps est abrogé
les étoiles ont besoin d’un verre d’eau

                                                       Jacques Roubaud (1932)


toute une vie dans l’image des choses

comme si nous étions nous-mêmes rêvés

 


всей жизнью в образе вещей
как будто сами мы чему-то снимся

       Guennadi Aïgui
   poète tchouvache (1934-2006)

 

La voix s’ouvre encore une fois
dans la gueule du silence.

       Jean Cassou (1897-1986)

De poetica poetarum

La poésie est toujours en état de guerre. Ce n’est
qu’aux époques de crétinisme social qu’on y voit advenir
la paix ou l’armistice.

                      Ossip Mandelstam (1891-1938)

 

L’oiseau dans ma cage d’os

C’est la mort qui fait son nid.

           Hector de Saint-Denys Garneau (1912-1943)
poète québécois

 

Laisser un commentaire

Holub, Vaguinov, Rivière…

La brume veille

Là-bas au loin hurlent les âmes des morts

                Miroslav Holub, poète tchèque (1923-1998)

Mlha ponocuje
Z nesmírné dálky vytí lemurů   


Trou de vertige en la mémoire

Tu n’as que faire de mon cri

Roger-Arnould Rivière (1930-1959)

Non ha solo incanti                             Elle n’est pas que magie
 La luce che carceri…                          La lumière que tu captures

             Giuseppe Ungaretti (1888-1970) / Trad. Philippe Jacottet

 

De poetica poetarum

Le chant détruit la parole. C’est le vide qui fait sa force. Marcher précède la route. Écrire précède le sens.

                                               Dominique Grandmont (1941) 

 

 

 

 

 

 

 

Et je communierai, le front vers l’Orient,
Sous les espèces des baisers inconscients.

Jules Laforgue (1860-1887)

With Will to choose, or to reject,

And I choose, just a Throne

Libre de choisir, ou de rejeter,
Je n’ai choisi que cela — un trône.

Emily Dickinson (1830-1886)

 

 

Ayant retourné mes yeux j’ai pu voir
Qu’à l’intérieur de moi la neige est noire aussi.

Перевернул глаза и осмотрелся:
Внутри меня такой же черный снег.

Konstantin Vaguinov (1899-1934), poète russe / Tr. H. A

 

 

Laisser un commentaire

Trakl, Gamoneda, Velitchanski…

Je sais ce que je suis, et le serai toujours,
N’eussé-je que le ciel et moi pour mon secours.

                 Pierre Corneille (1606-1684), Sertorius

 


Et le soir les insectes couchent

Dans sa bouche

            Léon-Paul Fargue (1876-1947)

 


Les signes confus du vol des oiseaux sont lus

Par des lépreux qui pourriront peut-être avec la nuit.

 


Des Vogelfluges wirre Zeichen lesen
              Aussätzige, die zur Nacht vielleicht verwesen.

                                                       Georg Trakl (1887-1914)


Après Adam, Ève à Newton donne sa pomme.

Et le péché poursuit sa chute au fond des hommes.


 Alexandre Velitchanski,
poète russe (1940-1990)
       Traduit par H. A.

 

 

Maquillez-vous avec la force qui circule !
Fardez vos tronches aphones avec le flot des sons !

                                                       Christian Prigent (1945)

 

Ah vejez sin honor. Y los adverbios
depositándose en mi alma.

                 Antonio Gamoneda (1931)

Ah vieillesse sans honneur. Et les adverbes
qui vont se déposant dans mon âme.

 

De poetica poetarum

Il est aussi difficile à un poète de parler poésie
qu’à une plante de parler horticulture.

           Jean Cocteau

 

Il y a une icône au fond d’un temple
Et le temps qui s’inscrit tout entier en toi

                                     Lionel Ray (1935)

 

Testicules du drame. Prostate
d’un combat de coqs face au nombril des femmes

            Vladimir Holan,  poète tchèque (1905-1980)

 

Ce qui manque sans cesse aux mortels,
ce trou dans l’air entre les choses

                                                        Guy Goffette (1947)

 

Délire parfait de la main,
De la main qui écrit pour que rayonnent les ruines.

Delirio perfecto de la mano
De la mano que escribe para que brille la ruina

Leopoldo María Panero, 
poète espagnol (1948-2014)

La toundra glisse sur ma main.

J’entends geindre le rien.

                                                Alain Jouffroy (1928-2015)

 

T’avais-je bien regardée ? La vue, par moments,
Est pire qu’un aveuglement.

                      Femme Avar

             Rassoul Gamzatov (1923-2003), poète avar (Daghestan)
                           Trad. H. A.

 

 

Laisser un commentaire

Goytisolo, Adonis, Reverdy…

Como dijo el verdugo ante la pira,
tan sólo alumbra aquel que arde

Juan GOYTISOLO (1931-2017)

Comme disait le bourreau face au bûcher,
seul nous éclaire celui qui brûle

 

Ta jeunesse est passée telle un météore…
Et ton esprit est déjà plus beau que ton corps.

                                            Как быстро юность пролетела!
                                            И дух уже сильнее тела.

                          Valentin Bérestov, poète russe (1928-1998)

 

J’ai décidé de changer mon quotidien
d’acquérir le savoir sur le nombril du monde

                                          Adonis (1930), poète syrien

       

         De poetica poetarum

Aucun lien poétique entre moi et le réel présent. La poésie c’est le lien entre moi et le réel absent. C’est cette absence qui fait naître tous les poèmes.

Pierre REVERDY (1889-1960)

 

 

Toi seule, statue à la bouche scellée
Toi seule gardes l’horrible secret.

      André de Richaud (1907-1968)

 

 

Se cargan amarguras. Se descargan luceros.
La noche, enloquecida, desborda sus fronteras.

Charges d’amertumes. Décharges d’étoiles.
La nuit en folie déborde ses frontières.

            José HIERRO, poète espagnol (1922-2002)

Lorsque je leur ai demandé de définir mon présent,

ils l’ont martyrisé, déchiqueté.

 René CREVEL (1900-1935)

 

Tout ce qui n’a jamais été,
impossible de l’oublier.

     Alexandre Velitchanski                       
poète russe (1940-1990)

 

 

 


Une sœur de cendre en quittant nos terres

Rend leur corps lunaire aux morts que je suis

                                                              Joë BOUSQUET  (1897-1950)

1 commentaire
Poetopolis 2019 © Tous droits réservés