Skip to content

Trakl, Gamoneda, Velitchanski…

Je sais ce que je suis, et le serai toujours,
N’eussé-je que le ciel et moi pour mon secours.

                 Pierre Corneille (1606-1684), Sertorius

 


Et le soir les insectes couchent

Dans sa bouche

            Léon-Paul Fargue (1876-1947)

 


Les signes confus du vol des oiseaux sont lus

Par des lépreux qui pourriront peut-être avec la nuit.

 


Des Vogelfluges wirre Zeichen lesen
              Aussätzige, die zur Nacht vielleicht verwesen.

                                                       Georg Trakl (1887-1914)


Après Adam, Ève à Newton donne sa pomme.

Et le péché poursuit sa chute au fond des hommes.


 Alexandre Velitchanski,
poète russe (1940-1990)
       Traduit par H. A.

 

 

Maquillez-vous avec la force qui circule !
Fardez vos tronches aphones avec le flot des sons !

                                                       Christian Prigent (1945)

 

Ah vejez sin honor. Y los adverbios
depositándose en mi alma.

                 Antonio Gamoneda (1931)

Ah vieillesse sans honneur. Et les adverbes
qui vont se déposant dans mon âme.

 

De poetica poetarum

Il est aussi difficile à un poète de parler poésie
qu’à une plante de parler horticulture.

           Jean Cocteau

 

Il y a une icône au fond d’un temple
Et le temps qui s’inscrit tout entier en toi

                                     Lionel Ray (1935)

 

Testicules du drame. Prostate
d’un combat de coqs face au nombril des femmes

            Vladimir Holan,  poète tchèque (1905-1980)

 

Ce qui manque sans cesse aux mortels,
ce trou dans l’air entre les choses

                                                        Guy Goffette (1947)

 

Délire parfait de la main,
De la main qui écrit pour que rayonnent les ruines.

Delirio perfecto de la mano
De la mano que escribe para que brille la ruina

Leopoldo María Panero, 
poète espagnol (1948-2014)

La toundra glisse sur ma main.

J’entends geindre le rien.

                                                Alain Jouffroy (1928-2015)

 

T’avais-je bien regardée ? La vue, par moments,
Est pire qu’un aveuglement.

                      Femme Avar

             Rassoul Gamzatov (1923-2003), poète avar (Daghestan)
                           Trad. H. A.

 

 

Published inUncategorized

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *