Skip to content

Poetopolis Posts

Elytis, Belamri, Kafka…

 

  Quelque part, semble-t-il, on fait la fête,

  bien qu’il n’y ait ni maisons ni humains

         

                                         Odysseus ELYTIS
                               poète grec (1911-1996)

 

 


Entre ton nom et le mien,
une lèvre qui ne sait plus nommer

Roberto JUARROZ,  poète argentin (1925-1995)

Entre tu nombre y el mío
hay un labio que ha dejado la costumbre de nombrar


                                                                                 

 Chaque fois que tu me traverses
 tu abandonnes sur les os une fleur sèche


Rabah BELAMRI (1946-1995)
poète algérien


DE POETICA POETARUM

Le lieu se porte à ta rencontre, le lieu où mûrir l’hymne,
la strophe, le nom, où jouir enfin de ce qui s’est
jusque-là dérobé.

                                                                          Charles Juliet (1934)


Le corps, hélas, ils le portaient, larves d’enfer,

Grimaces voilées, étroitement serré contre eux.

 

Ach, sie trugen, Larven der Hölle,
verhüllte Grimassen, eng an sich gedrückt den Leib.

        Franz Kafka (1883-1924)
Trad. Marthe Robert

Moi qui n’ai pas trop de silence
Pour ne ressembler qu’à moi-même.

                   Marcel Béalu (1908-1993)

 

Μες στ’ ολικό ποσό
δεν αριθμήθηκα. Κι αυτή η χαρά μ’ αρκεί.

 

 

Constantin CAVAFIS (1863-1933)
Trad. Socrate Zervos

 

 

 

 

Dans la somme totale
Je ne suis pas entré. Cette joie me suffit. 

Laisser un commentaire

Lossev, Celan, Gelman….

 

Вороватый шелест пульса.
Красный свет под синью век.

 

Rumeur insidieuse du pouls.
Lueur rouge sous le bleu des paupières.

Lev Lossev, poète russe (1937-2009)
                  / Trad. H. A.

 

De poetica poetarum

Assez de mots, assez de phrases ! ô vie réelle,

Sans art sans métaphores, sois à moi.

Valery Larbaud (1881-1957)

 

STEHEN, im Schatten
des Wundenmals in der Luft.

Paul Celan (1920-1970), poète allemand

Rester debout, dans l’ombre
des blessures douloureuses de l’air

 

Sur un air de balançoire…

       Aimes-tu l’homme, toi ma sœur ?

         Moi, je lui trouve un goût bizarre.

                                                                Norge (1898-1990)

C’est cela, la nuit. Un homme s’y épanche
à défaut du corps de la bien-aimée.

                                                       Guillevic (1907-1997)

J’ai gardé ton rêve brûlé dans la sueur
de nos mains jointes

Gérald Neveu (1921-1960)

 

saline lorsque j’embrasse la mer
apaisée sous ta peau / carillon d’horloges /

 

 

 

salina estas cuando beso tu mar quieto en la piel / oigo relojes /

                                                                                                        Juan Gelman (1930-2014)
                                                                                                                   poète argentin

 

Laisser un commentaire

Maïakovski, Nelly Sachs, Neruda…

                100e anniversaire de la révolution d’Octobre

Bouffe tes ananas et tes anchois,

Ton dernier jour est arrivé, bourgeois !

 Vladimir Maïakovski (1893-1930) / Trad. H. Abril

Me desperté con un pedazo de sueño entre las manos
y no supe qué hacer con él.

                                  Roberto Juarroz (1925-1995), poète argentin

Je me suis réveillé, un morceau de rêve entre les mains,
et n’ai su que faire de lui.

                          (Trad. Roger Munier)

    De poetica poetarum

Bêtise et poésie. Il y a des relations subtiles entre ces deux ordres.
L’ordre de la bêtise et celui de la poésie.

Paul Valéry (1871-1945)

Poetry must resist the intelligence almost successfully.

Wallace Stevens (1879-1955)

 

Et qu’on mette à mes débuts dans l’éternité,

L’ornement simple, à la Toussaint, d’un peu de mousse.

                                                                                                          Valery Larbaud (1881-1957)

Quel bel au-delà
est peint dans ta poussière.

Welch schönes Jenseits
ist in deinen Staub gemalt.

          Nelly Sachs (1891-1970)
poétesse de langue allemande


une parole un aveu un silence

l’instant de mon aveuglement

                 Jean-Claude Pirotte (1939-2014), poète belge


Haine de ceux qui n’ont pas aimé notre amour,
qui n’ont aimé aucun amour, infortunés

Odian los que no amaron nuestro amor,
ni ningún otro amor, desventurados

                                                        Pablo Neruda (1900-1973), poète chilien

 

Le soleil n’éclaire plus
Qu’un monument de raisons

                   Francis Ponge (1899-1988)

 

 

2 commentaires

Morhange, Iqbâl, Neruda…

Qui nous prendra aux entrailles ?
Les temples sont emplis de paille

Pierre Morhange (1901-1972)

Un liseron du soir grandit sur ton visage

et monte silencieux emporté par l’amour.

                                        Pablo Neruda, poète chilien (1904-1973)

Hay una enredadera vespertina
                                 en tu rostro
que crece silenciosa por el amor llevada

 

En vain la mer fait le voyage
Du fond de l’horizon pour baiser tes pieds sages.

Léon-Paul Fargue (1876-1947)

La vie voudrait goûter les rêves,
tel un enfant derrière les barreaux.                                                   

La vida vol tastar els somnis
com un infant entre reixes.

Pere Quart, poète catalan (1899-1986)

De poetica poetarum

Lorsque les hommes seront d’accord sur le sens de chaque mot, la poésie

n’aura plus sa raison d’être.

                                                                                         Edmond Jabès (1912-1991)

 

Je me suis, moi, égaré par ignorance,
toi, l’œil ouvert, tu es venue et partie.

                           Iqbâl, poète indien de langue persane
(1877-1938)
/ Tr. H. Massé

 

 

 

Как быстро юность пролетела!
И дух уже сильнее тела.

Valentin Bérestov, poète russe (1928-1998)

Ta jeunesse est passée telle un météore…
Et ton esprit est bien plus beau que ton corps.

                                        (Trad. H. Abril)

 

Laisser un commentaire

Aïgui, Cummings, Garneau…

à toi la musique pour nul instrument

à toi l’absurde et invisible couleur

                                                                               e.e. cummings (1894-1962),
                                                                                                      poète états-unien                                                     

yours is the music for no instrument
yours the preposterous colour unbeheld

 

 

 

il lui dit : le temps est abrogé
les étoiles ont besoin d’un verre d’eau

                                                       Jacques Roubaud (1932)


toute une vie dans l’image des choses

comme si nous étions nous-mêmes rêvés

 


всей жизнью в образе вещей
как будто сами мы чему-то снимся

       Guennadi Aïgui
   poète tchouvache (1934-2006)

 

La voix s’ouvre encore une fois
dans la gueule du silence.

       Jean Cassou (1897-1986)

De poetica poetarum

La poésie est toujours en état de guerre. Ce n’est
qu’aux époques de crétinisme social qu’on y voit advenir
la paix ou l’armistice.

                      Ossip Mandelstam (1891-1938)

 

L’oiseau dans ma cage d’os

C’est la mort qui fait son nid.

           Hector de Saint-Denys Garneau (1912-1943)
poète québécois

 

Laisser un commentaire