Skip to content

Poetopolis Posts

Featured Post

                Distiques, disent-ils…

     L’UNESCO ayant déclaré 2017 Année du Distique, j’apporterai mon humble mais sincère contribution en recueillant sur ce blog un ou deux distiques par semaine. Cela me semble être la juste mesure pour ne pas trop ajouter aux milliards de pages, aux myriades de mots qui tissent la Toile dans laquelle nous serons tous un jour ensevelis. Et aussi par hommage à Anton Tchekhov, en cette année du 157anniversaire de sa naissance, qui appelait à la « concision, sœur du talent ».

     Les distiques seront empruntés à des poètes de différentes langues, qu’ils aient été écrits et revendiqués comme tels ou soustraits par moi à un poème, susceptibles ainsi de faire sens et de vivre par eux-mêmes. Tel le Nez de l’assesseur Kovaliovdétaché de celui à qui le Créateur l’avait attribué. Il pourra s’agir aussi bien de distiques réguliers, comptés et rimés, que d’autres relevant du « vers libre » dans son acception la plus large. Avec de temps à autre, en supplément, une brève réflexion d’un poète sur la poésie.

     Puisque nous sommes sur un blog, j’invite d’éventuels passantes et passants à me proposer des distiques, dans les commentaires de ce blog ou par courriel (contact), qu’ils auront cueillis chez des poètes passés, présents ou futurs. Voire même des distiques qu’ils auront sept fois et sept fois fait tourner dans leur tête et sur leur langue avant de les envoyer.

   Bonne Année du Distique !

    P.S. Lointaine maintenant l’Année du Distique (toujours lisible ici néanmoins)…
  Il n’y aura plus que, de loin en très loin, quelques vers de circonstance.

Lessia Ukraïnka, L’Espérance

Aux enfants d’Ukraine

L’ESPÉRANCE

Poésie écrite par Lessia Ukraïnka (1871-1913), la grande poétesse nationale ukrainienne, à l’âge de 9 ans, en écho à la déportation de sa tante en Sibérie, en tant que militante du mouvement de libération de l’Ukraine.

Je n’ai plus ni bonheur ni liberté,
Une seule espérance m’est restée :

Revenir un jour dans ma belle Ukraine,
Revoir une fois ma terre lointaine,

Contempler encore le Dniepr si bleu
– Y vivre ou mourir importe bien peu –,

Revoir une fois les tertres, les plaines,
Et brûler au feu des pensées anciennes…

Je n’ai plus ni bonheur ni liberté,
Une seule espérance m’est restée.

Loutsk, 1880

                        Traduit de l’ukrainien par Henri Abril

Надiя

Ні долі, ні волі у мене нема,
Зосталася тільки надія одна:

Надія вернутись ще раз на Вкраїну,
Поглянути ще раз на рідну країну,

Поглянути ще раз на синій Дніпро, –
Там жити чи вмерти, мені все одно;

Поглянути ще раз на степ, могилки,
Востаннє згадати палкії гадки…

Ні долі, ні волі у мене нема,
Зосталася тільки надія одна.

Lu par une collégienne ukrainienne

Laisser un commentaire

Requiem

 

 

 

Requiem pour l’idiot du village
qui s’était pris pour un canard
à l’ouverture de la chasse

Requiem pour la femme du guerrier
ayant un beau soir rendu l’âme
de guerre lasse

Requiem pour le siècle
parti en faisant un pied de nez
au siècle qui le remplace

Requiem pour le saltimbanque
qui s’envola en emportant
sa souple carcasse

Requiem pour l’ange
tombé parmi nous autres
comme on rêve et s’encrasse

Requiem pour le jeune génie
s’étant brûlé la cervelle
par dépit ou par excès d’audace

Requiem pour les peuples
disparus telle une ardoise
qui d’elle-même s’efface

Requiem pour l’émigré
qui remuait encore ses lèvres
dans la nasse


Henri Abril
        (extrait d’un recueil à paraître)

Laisser un commentaire

Cassandre


                                                                      Poème de Henri Abril  (saisi au vol)

pas la peine de mendier
une obole de conscience
même meurtrie

aux yeux aux lèvres
de palper l’abîme
aux âmes le ciel travesti

dans l’herbe sauvage
les serpents du Verbe
nous épient

debout
les morts et vifs
en improbable sursis

pas la peine de mendier
une essence mouvante
un atome de poésie

la sainte guerre va reprendre
de soi contre soi-même
et contre autrui

comme au temps de la Genèse
le ver
est dans le fruit

                                                                   (quelque part n’importe où, juin 2020)

1 commentaire

NOTRE-DAME / Ossip Mandelstam

NOTRE-DAME

                poème d’Ossip Mandelstam (1912)

 

Où le Romain jugeait tout un peuple étranger,
Se tient la basilique – et joyeuse, première
Comme Adam, l’impondérable voûte croisée
Vient jouer de ses muscles et tendre ses nerfs.

Mais pourtant l’extérieur trahit son plan secret :
Les arcs-boutants puissants ont voulu être sûrs
Que le bélier de la voûte soit sans effet
Et la lourde masse n’écrase pas les murs.

Spontané labyrinthe, impensable forêt,
Abîme rationnel de l’âme si gothique,
Force de l’Égypte et chrétienne humilité,
Près du roseau le chêne, et l’aplomb – roi unique.

Mais plus j’examinais ton bastion, Notre-Dame,
Tes côtes monstrueuses et jamais domptées,
Plus je pensais : dans  la pesanteur qui nous damne
Je saurai à mon tour créer de la beauté !

                  Traduit par Henri Abril  (La Pierre, Circé 2003)

Chagall

Где римский судия судил чужой народ,
Стоит базилика,- и, радостный и первый,
Как некогда Адам, распластывая нервы,
Играет мышцами крестовый легкий свод.

Но выдает себя снаружи тайный план:
Здесь позаботилась подпружных арок сила,
Чтоб масса грузная стены не сокрушила,
И свода дерзкого бездействует таран.

Стихийный лабиринт, непостижимый лес,
Души готической рассудочная пропасть,
Египетская мощь и христианства робость,
С тростинкой рядом – дуб, и всюду царь – отвес.

Но чем внимательней, твердыня Notre Dame,
Я изучал твои чудовищные ребра,
Тем чаще думал я: из тяжести недоброй
И я когда-нибудь прекрасное создам.

 

2 commentaires

Bousquet, Poplavski, Vallejo…

Il bouge un miroir où s’ouvrent des paupières

c’est l’absence sur l’eau de ton visage

          

 

Joë Bousquet (1897-1950) 

 

 

 

Enfance qui fut dans l’espace
Un vol poursuivi jusqu’au soir   

Всё оставлено

Только вдали память говорит с Богом

J’ai tout abandonné
Seule au loin la mémoire parle à Dieu

                   Boris POPLAVSKI (1903-1935), poète russe

 

                      De poetica poetarum

                             Le cerveau des poètes est un fond de mer

                                      où bien des coques reposent.

                                                                         Paul Valéry (1871-1945)

 

Otro busca en el fango huesos, cáscaras.

¿Cómo escribir, después, del infinito?

 

 

 


Un homme cherche dans la boue des os, des coquilles.

Comment parler ensuite de l’infini ?

             César VALLEJO (1892-1938), poète péruvien

 

 

Ecco la fiera con la coda aguzza,
che passa i monti e rompe I muri e l’armi !

Voici venir la bête à la queue tranchante,

qui franchit les monts et brise murs et armures !

 

La vie continuera douteusement

ô bruit sourd et futile du croquet chez les Tolstoï

                                                                      Jude Stefan (1930)

 

 

1 commentaire