Skip to content

Le jour d’après


                                                                      Poème de Henri Abril  (saisi au vol)

pas la peine de mendier
une obole de conscience
même meurtrie

aux yeux aux lèvres
de palper l’abîme
aux âmes le ciel travesti

dans l’herbe sauvage
les serpents du Verbe
nous épient

debout
les morts et vifs
en improbable sursis

pas la peine de mendier
une essence mouvante
un atome de poésie

la sainte guerre va reprendre
de soi contre soi-même
et contre autrui

comme au temps de la Genèse
le ver
est dans le fruit

                                                                   (quelque part n’importe où, juin 2020)

Published inUncategorized

1 commentaire

  1. Solange

    Saisissant… Moi qui ne suis pas chochotte, ça m’a donné la chair de poule !
    A lire comme un exorcisme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Poetopolis 2019 © Tous droits réservés